© 2016 psychoplastie.com Logo et site : Stéphane Santoni

www.stephaneasantoni.com

November 9, 2018

January 12, 2018

November 29, 2017

Please reload

Posts Récents

Terminus, point de départ réussi !

May 6, 2019

1/1
Please reload

Posts à l'affiche

Comment miser sur la plasticité cérébrale ?

October 10, 2017

 

 

    L’homme pleure devant moi. Sa carrière a été brisée net, il y a quelques années. Cet homme généreux prend «toujours soin des autres». Il le répète plusieurs fois. Il s’est constitué porte-parole de son équipe vis à vis de son supérieur hiérarchique, dans un cas litigieux. Il a voulu défendre ses «ouailles».

 

    Cette expression m’intrigue dans la bouche d’un militaire. je l’interroge. Lev n’a pas l’air conscient du fait que ce mot ancien désignait ceux qui écoutaient le curé. Je lui fait remarquer qu’il s’exprime comme un vieux curé des siècles passés et que, d’ailleurs, il agit de même puisqu’il prend «soin» des autres. En effet, curé vient de curare, en latin, qui signifie prendre soin. Dans son zèle intempestif au service de ses collègues, Lev est manifestement conduit par une figure héréditaire éminemment plastique, qu’on peut nommer «le curé», si bien que je lui demande d’improviser devant moi ce qu’on pourrait appeler «un sermon», bref, un petit discours, comme s’il était curé. Cet homme extrêmement disert, dans sa vie professionnelle comme dans nos entretiens, se retrouve muet.

 

    Nous tirons l’enseignement de cet exercice théâtral : cette figure ancestrale, démasquée grâce à l’improvisation, l’empêche de communiquer selon les règles de l’institution. Il est maintenant prêt à la convoquer uniquement à bon escient. Quand la situation de communication l’exigera, cette figure plastique sera un bon auxiliaire. Lev repart en mission rasséréné. Il a endossé un nouvel habit.

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Retrouvez-nous
Rechercher par Tags
Please reload

Archives