© 2016 psychoplastie.com Logo et site : Stéphane Santoni

www.stephaneasantoni.com

November 9, 2018

January 12, 2018

November 29, 2017

Please reload

Posts Récents

Terminus, point de départ réussi !

May 6, 2019

1/1
Please reload

Posts à l'affiche

Marcher pour méditer

January 12, 2018

    

 

Le goût de la vitesse a réduit l’attrait de la marche, chez la plupart de nos contemporains, bien qu’elle favorise la mise en branle du rêve éveillé dans lequel s’écoule la mémoire héréditaire.

 

     Comme en ont témoigné Montaigne et Rousseau, le rythme ancestral de la marche repose l’esprit dans le bercement premier de la rêverie et diminue l’acuité des souvenirs personnels, laissant à la volonté l’initiative de son orientation. La raison puise, dans l’accord rythmé du corps et de la mémoire, dans son double courant, héréditaire et personnel, l’élan serein d’une méditation cadencée. C’est ainsi que depuis plus d’un millénaire, les moines déambulent dans les cloîtres dont l’architecture est ordonnée à la méditation. Le déambulatoire crée l’espace nécessaire à l’exploration des chambres de l’esprit dont la fièvre du voyage prive nos contemporain par ses perpétuelles distractions.

 

     Le sommet de la civilisation européenne est fondé sur la triple convergence de la marche, de la méditation, mais encore de la découverte du tout Autre qui assure la constance de la neurogenèse. Les neurosciences analysent les effets structurels et fonctionnels de la méditation bouddhiste dans le cerveau, mais l’essai de synthèse de la méditation occidentale, philosophique ou mystique (Pascal), et de la neuroplasticité revient à la psychoplastie.

 

     Si, lors d’un premier exercice psychoplastique, le rythme d’une marche silencieuse permet de renouer avec soi, lors d’un deuxième, il participe de la rencontre avec l’autre parce qu’il dénoue la langue, provoque l’échange verbal. Le dialogue qui se noue avec la psychoplasticienne, à visage découvert, pas à pas, modèle la psyché, renouvelle les sources de la méditation, (troisième exercice psychoplastique), ouvre la voie à l’émerveillement roboratif de la découverte. C’est la naissance d’une idée neuve !

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Retrouvez-nous
Rechercher par Tags